Tortue imbriquée trouvée dans une mare ©Kap' Natirel

Une tortue « mare-in »

Mercredi 1er octobre dans l’après-midi, un agriculteur marie-galantais a eu le bon réflexe d’avertir Moïse Chasselas, de l’association Ecolambda, qu’une tortue marine se trouvait dans une mare en arrière-plage au niveau de l’Anse Balai à Marie-Galante. A son tour, Moïse a appelé en renfort l’équipe Kap Natirel, présente sur place pour la dernière session de suivis au pic de ponte.

Ensemble, ils se sont rendus sur place pour aider la femelle désorientée à retrouver la mer. Il s’agissait d’une tortue imbriquée adulte de 86 cm, qui a été baguée à gauche (FWI 5418).

Ces cas de désorientations de femelle ne sont pas rares. Cet été, près d’une dizaine de tortues imbriquées se sont retrouvées égarées dans les champs, dans des fossés ou sur la route. En effet, en absence d’un cordon de végétation suffisamment dense en arrière-plage, les femelles peuvent confondre, avec le reflet de la lune par exemple, la route ou les mares avec la surface de la mer, qu’elle cherche à rejoindre après la ponte. Les lumières artificielles sont également source de désorientation, pour les adultes comme les nouveau-nés au moment de l’émergence (sortie du nid).

En tous cas, cette intervention coordonnée est une preuve supplémentaire que le Réseau Tortues Marines Guadeloupe fonctionne. Merci à l’agriculteur marie-galantais pour son appel, à Moïse pour son engagement et à tous les particuliers qui contribuent, année après année,  à nous aider à mieux connaître et conserver les tortues marines de l’archipel.

Note : toutes les tortues observées dans des mares ne sont pas des tortues marines, et ne nécessitent pas d’intervention du Réseau. Il existe en effet en Guadeloupe plusieurs espèces de tortues palustres (d’eau douce) dont les mares et ravines sont l’habitat naturel.

Kap’ Natirel