• Comment les reconnaître ?
             • Le cycle de vie
             • Les menaces

 

Autrefois très diversifié, le groupe des tortues marines ne compte plus aujourd'hui que 7 espèces :

- la Tortue Verte (Chelonia mydas), cliquez ici
- la Tortue à dos plat (Natator depressus),
- la Tortue Caouanne (Caretta caretta), cliquez ici
- la Tortue Olivâtre (Lepidochelys olivacea), cliquez ici
- la Tortue de Kemp (Lepidochelys kempii),
- la Tortue Imbriquée (Eretmochelys imbricata) cliquez ici et
- la Tortue Luth (Dermochelys coriacea). cliquez ici


L’archipel de la Guadeloupe accueille 5 des 7 espèces de tortues marines répertoriées dans le monde.

 

      Comment reconnaître et connaître les différentes espèces ?

   Les tortues marines sont généralement identifiées grâce à l’écaillure de la carapace. Cliquez sur les différentes tortues pour mieux les connaître (description, mode d’alimentation, habitat, plages de pontes,…)

 

tortue imbriquee

tortue verte

 

 

 

 

tortue luth

tortue caouanne

tortue olivâtre


 

Pour vous aider à définir l'espèce d'une tortue, vous pouvez utiliser la clé de détermination
(télécharger - PDF- 120Ko)



Les tortues marines des Antilles
Johan Chevalier & André Lartiges
(PDF - 2,03Mo)
Cliquez pour télécharger


Pour connaître d’avantage les tortues marines, le rapport de Johan Chevalier & André Lartiges est parfait et abordable par tous.


 

      La Luth, une tortue pas comme les autres ?

   Les tortues Luth sont les plus grosses de toutes les tortues actuelles. Elle mesure généralement 160-170 cm et peut atteindre près de 2 mètres. Le poids moyen des adultes est de 300-400 kg, avec un maximum proche de la tonne !
La particularité de la Luth est qu'elle est la seule tortue marine à ne pas avoir d'écailles cornées sur la carapace. Sa dossière, recouverte d'une peau ayant l'aspect du cuir, est traversée de 7 carènes longitudinales généralement blanchâtres.

 

photo : M. Godfrey
Tortue Luth lors d'une ponte
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

      Comment se déroule la vie d'une tortue marine ?

   Au cours de leur développement, les tortues marines passent par différents stades (voir figure ci-dessous) durant lesquels l'habitat, l'alimentation et le comportement peuvent être totalement différents.

 

illustration du cycle de vie des tortues marines
Cycle de vie général des tortues marines (reproduction de Lanyon et al., 1989)
Cliquez pour agrandir

Les différents stades :

 

photo : J. Chevalier
Accouplement de tortues vertes au Surinam
Cliquez pour agrandir

photo : Kap'Natirel
Nouveaux-nés de tortues imbriquées lors
d'une émergence à Trois-îlets de Marie Galante

Cliquez pour agrandir

 La ponte, un moment essentiel:  

    Pour la ponte, les tortues viennent sur les plages où elles creusent un trou dans lequel elles déposent leurs œufs (généralement autour d'une centaine par nid). La nidification se déroule généralement de nuit afin d'éviter les chaleurs excessives. Les plages de pontes sont principalement situées dans la zone intertropicale, excepté pour les tortues caouannes qui pondent en grand nombre à des latitudes plus élevées.

Le nombre d'œufs pondus par les tortues marines est très important, ce qui permet de compenser la mortalité très élevée au cours du développement. On estime généralement qu'environ un œuf sur mille donnera une tortue adulte capable de se reproduire à son tour.

photo : M. Godfrey
Tortue luth en ponte
Cliquez pour agrandir

Haut de page
haut de page

    

      La tortue marine : animal en danger !

   Autrefois, les eaux bordant l'archipel guadeloupéen abritaient des dizaines de milliers de tortues marines. Les plages accueillaient certainement les pontes de plusieurs milliers de ces reptiles (observation du père Du Tertre, 1670).
    L'exploitation des tortue marines depuis les débuts de la colonisation des Antilles par les Européens a abouti à une situation alarmante dès le dernier quart du XXème siècle :
Au début des années 1990, la situation est si catastrophique dans les Antilles françaises que la protection stricte des tortues marines apparaît indispensable. Deux arrêtés protégeant intégralement ces espèces sont pris successivement (1991 en Guadeloupe et 1993 en Martinique).
   Cette mesure, relativement bien appliquée aujourd'hui, commence à porter ses fruits et permet d'espérer un accroissement d'observations des tortues sur les plages (pontes) et en mer.

 

Des menaces pèsent toujours sur les tortues marines

 

Les menaces principales


. Les captures accidentelles liées à la pêche :

   Les filets maillants à larges mailles et les trémails calés sur le fond pendant plusieurs heures et parfois même plusieurs jours occasionnent de nombreuses captures de tortues qui peuvent mourir par noyade si elles ne sont pas libérées rapidement (dans l'heure qui suit la capture).

photo : J. Chevalier
Tortue Luth victime d'une capture accidentelle
Cliquez pour agrandir


. Le braconnage :

   Cet acte illégal est en baisse mais toujours présent; il se pratique encore sur les oeufs et les individus (sur les plages et en mer).


. La destruction des sites de ponte :

   Eclairages, enrochement, destruction de la végétation,....
En effet, la plupart des espèces étant fidèles à leur site de ponte, la protection des plages de ponte revêt un caractère primordial dans les stratégies de conservation des tortues marines.
De plus, sur les plages, la vue est le sens le plus utilisé par les tortues marines. Pour regagner la mer, elles se déplacent préférentiellement vers l'horizon le plus lumineux qui, dans les conditions naturelles, est généralement la mer. Sur certaines plages, les lumières artificielles peuvent présenter un danger mortels, en orientant les tortues dans la mauvaise direction.

. La destruction des sites d'alimentation :

   Forte sédimentation, ancres de bateaux,....
En effet, les cyclones, mais aussi par les bateaux lorsqu'ils traînent leur ancre, détruisent les herbiers.

 

    photo : J. Chevalier ...
    Tortue caouanne victime d'une collision avec une hélice de bateau...
    Cliquez pour agrandir...

  Les menaces secondaires

pollution chimique,
déchets flottants (sac plastique),
prédation,
collision en mer,
utilisation de véhicule sur les plages,
dérangement,...

  photo : Kap'Natirel
Tortue imbriquée attaquée par des chiens à Trois-Ilets de Marie-Galante
Cliquez pour agrandir

 

Haut de page
haut de page