20160829_ei_seatag_trois-ilet_mg_oncfs-1

SEATAG 4.16, De nouvelles tortues tracées par satellite !

SEATAG 4 16

SEATAG 4 16

 

Les tortues imbriquées Eretmochelys imbricata sont considérées « menacées d’extinction » au niveau mondial (classement de l’UICN).

Dans notre archipel, elles bénéficient d’une protection intégrale au même titre que les autres espèces de tortues marines depuis 1991, et sont régulièrement observées sur nos côtes, en ponte et en alimentation.

Dans le cadre d’un nouveau volet du programme de suivi par satellite (SEATAG 4.16), 5 femelles en ponte seront suivies par le Réseau Tortues Marines Guadeloupe, pour mieux connaître leurs déplacements entre chaque ponte, leurs trajets migratoires et tenter d’identifier leurs zones de résidence hors période de ponte.

Ainsi, 4 balises ont déjà été posées depuis le mois d’août (Petite-Terre, Saint-François, Marie-Galante et Trois-Rivières) par les bénévoles et partenaires du Réseau.

  • Aretha, connue et observée régulièrement depuis 2008 en ponte à la Pointe-des-Châteaux, a été équipée le 8 août. Elle reste pour l’instant au large de St-François et devrait remonter pondre ces prochains jours avant d’entamer sa migration.
  • Sophie, équipée le 29 août sur la façade ouest de Marie-Galante est toujours présente à proximité de son site de ponte, à quelques centaines de mètres de la plage.
  • Mélina, femelle nidifiant à Grande-Anse Trois-Rivières, équipée le 25 août a quant à elle débuté son trajet retour vers sa zone d’alimentation. Elle se trouve déjà à Puerto Rico
  • Deseade, individu balisé à Petite-Terre, ne transmet pour l’instant pas de position et n’a pas été revue à ce jour.
  • Une cinquième femelle devrait être balisée ces prochains jours.

Outre l’amélioration des connaissances sur les trajets migratoires et déplacements inter-pontes, ce suivi servira de support pédagogique lors des animations scolaires réalisées par les membres du Réseau, pour illustrer le cycle de vie de ces espèces migratrices, qui reviennent pondre sur leur zone de naissance.

Ces résultats seront mis en perspective avec ceux obtenus en Martinique par le programme homologue (http://www.tortuesmarinesmartinique.org/tortues-imbriquees-en-ponte).

Mieux connaître les parcours des tortues marines dans la Caraïbe est un moyen à terme, d’adapter les actions de conservation de ces animaux sans frontières et de favoriser la coopération internationale.

 

Merci à tous les bénévoles et partenaires impliqués dans ce programme.

 Sophie Bedel – ONCFS