DSC02379

Sargasses et tortues marines

Difficile d’y échapper : cette année, les arrivages de sargasses sur le littoral sont massifs, et apportent leur lot de problèmes sanitaires et économiques. Et les tortues dans tout ça ?

Même si ce n’est pas la première fois que le problème se pose en Guadeloupe (le premier épisode d’échouage massif a eu lieu en 2011), cela reste un phénomène relativement récent sur lequel on a assez peu de recul en Guadeloupe et dont les effets dépendent de la quantité d’algues concernées et de leur gestion.

Plusieurs impacts ou risques sur les tortues marines ont pu être identifiés jusqu’à présent :

  • En mer, près des côtes, une forte concentration en sargasse peut provoquer un blanchissement des herbiers et la mort des invertébrés présents dans ces écosystèmes, du fait de la diminution de la teneur en oxygène et du pH de l’eau, et de l’augmentation de son opacité.
  • Sur les plages, quand l’épaisseur d’algues est importante, elle peut provoquer une gêne pour les émergences qui auront plus de mal à regagner la mer. Les adultes sont généralement à même de passer la barrière de sargasse pour pondre en haut de plage, sauf en cas de présence massive d’algues à la fois en mer et sur la plage. Cela pourrait impliquer un report de la ponte sur une plage voisine moins touchée.
  • En lien avec le ramassage : les sites de ponte des tortues marines peuvent être détruits par le ramassage, si celui-ci n’est pas réalisé correctement. En effet, la circulation d’engins mécaniques sur la plage entraine le tassement du sable et la destruction de la végétation. Le ramassage non sélectif (avec une pelle mécanique par exemple) enlève autant de sable que de sargasses, accélérant le phénomène d’érosion du littoral, au risque de voir à terme la disparition de la plage. Enfin, le stockage des algues ramassées est parfois effectué en haut de plage, équivalent à la zone de ponte potentielle, empêchant ainsi toute sortie du nid pour des jeunes tortues, ou tout accès à la zone de ponte pour les femelles adultes.

Que faire ? Des solutions existent pour pallier aux différentes situations :

  • Consignes pour un ramassage adapté : guide de ramassage des sargasses en Guadeloupe
  • Consignes en cas de rencontre d’une émergence en difficulté : Avant toute intervention, appelez le réseau tortues marines de Guadeloupe : 0690 740 381, qui pourra prévenir un membre du réseau habilité à intervenir ou vous donner les consignes à suivre. La sortie du nid pour rejoindre la mer est une étape importante pour les bébés tortues, qu’il ne faut pas perturber ou interrompre. Vous pouvez en revanche, s’ils semblent en difficulté, dégager un peu l’espace entre le nid et la mer pour leur faciliter la tâche.
  • En cas d’observation d’une ponte sur une plage impactée : Si vous constatez une ponte sur une plage touchée par les sargasses, et où un ramassage est organisé, merci de le signaler au réseau ; une signalétique pourra être mise en place, pour éviter un passage d’engins ou un stockage d’algues sur le nid.

Pour plus de précisions, vous pouvez consulter la fiche suivante : QUELS RÉFLEXES AVOIR EN CAS D’OBSERVATIONS EN LIEN AVEC LES TORTUES

En gardant toujours à l’esprit :

- qu’il est primordial de ne pas se mettre en danger, que ce soit pour réaliser des suivis ou pour intervenir sur des tortues ;

- que les tortues marines sont des espèces protégées, leur manipulation ne peut se faire que par une personne formée et habilitée par arrêté préfectoral.

Pour aller plus loin :

– Un rapport du bureau d’étude impact mer sur les conséquences des sargasses sur la biodiversité littorale : Impact_des_sargasses_pélagiques_sur_les_mangroves,_herbiers_et_stocks_de_poissons_-_Martinique

– Le rapport d’un stage effectué en 2015 sur la thématique : Gestion des échouages de sargasses – Chloé Maladry