logo-reso-torti_20ans

Le RTMG : 20 années d’existence !

Le 9 juillet 1998 se tenait la première réunion de ce qui allait devenir le RTMG : à l’initiative de la DEAL, Olivier Lorvelec (association AEVA) réunit les différents acteurs qui travaillaient ou allaient travailler sur les tortues marines, pour une mise en commun des expériences et des moyens pour améliorer la situation des tortues marines. AEVA, l’association Évasion Tropicale, l’ONF (Réserve naturelle des îles de la Petite Terre), la réserve naturelle du Grand cul-de-sac marin (aujourd’hui Parc National de la Guadeloupe), la Brigade Mobile d’Intervention de l’ONC (aujourd’hui ONCFS), Fortuné Guiougou, l’aquarium du Gosier, la municipalité de Terre-de-Haut des Saintes, l’association Grenat (Saint-Barthélemy), ainsi que Jean Lescure, Jacques Fretey et Peter Pritchard, spécialistes reconnus des tortues marines : ces acteurs sont conscients des nombreuses menaces qui pèsent sur les tortues marines dans les eaux et sur les plages guadeloupéennes, malgré la protection intégrale dont elles bénéficient depuis 1991.

Suite à cette réunion, le projet est lancé, soutenu par la DEAL : rédaction d’un premier document sur les objectifs du réseau et ses moyens, formation de terrain sur Petite Terre, premier bilan et stratégie définie en 1999. La voie était ouverte, et les actions se sont ensuite multipliées, pour aboutir aujourd’hui à un vaste réseau d’acteurs à même d’intervenir sur toutes les thématiques du Plan National d’Action en faveur des tortues marines.

Depuis les premiers constats alarmants sur la diminution du nombre de tortues marines à la fin des années 1970, le lobby pour faire évoluer la législation sur le statut des tortues marines dans une période indépendantiste violente, la formation du groupe Karet, l’appui des pays voisins de la caraïbe via le WIDECAST et les premiers WAST (Western Atlantic Turtle Symposium) jusqu’à la création du réseau et les actions qui en ont découlé, il est important de rappeler que c’est grâce à la persévérance et à l’investissement sans faille d’une poignée de personnes que les tortues bénéficient aujourd’hui d’un statut de protection fort et d’un ensemble de moyens dédiés à leur conservation sur notre archipel.

Merci à Jacques Fretey, Olivier Lorvelec et Claudie Pavis pour le partage de cet historique et des photos !

Et pour consulter l’historique complet :