Turtles-Arriving-Raine-Island

Le changement climatique augmente la proportion de femelles chez les tortues marines

En haut : Localisation des population étudiées : En bas : Vue aérienne de Raine island.

Le changement climatique entraîne la hausse des températures à l’échelle mondiale. Ce phénomène est particulièrement préoccupant pour les tortues marines car le sexe des individus est déterminé par la température d’incubation des œufs pendant le développement de l’embryon. Ainsi plus la température du nid est élevée plus il y aura de tortillons femelles et, inversement, plus la température du nid est faible plus il y aura de tortillons mâles. Le rapport du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) de 2014 prévoit une hausse des températures moyennes de 2,6°C ce qui pourrait avoir pour conséquence une augmentation du taux de mortalité des œufs et l’augmentation de la proportion de tortues femelles.

Une équipe de chercheurs a étudié le sex-ratio (la proportion de mâles et de femelles) de la population de tortues vertes de Raine Island en Australie. Cette toute petite île de de 32 hectares (la même surface que la plus petite des deux îles de Petite Terre) au Nord de la Grande Barrière de corail est le plus gros site de ponte de tortues vertes de l’océan Pacifique et accueille plus de 200 000 pontes par an. Une autre partie de cette population pond plus au Sud, vers Brisbane, où la hausse des températures n’a pas été aussi importante qu’à Raine island.

Les résultats de cette étude montrent que, pour les tortues originaires de la zone plus au Sud (moins impactée par le réchauffement climatique), il y a environ deux fois plus de femelles que de mâles pour toutes les classes d’âges (adulte, sub-adulte, juvénile). Le sex-ratio est donc stable depuis 30 à 40 ans (l’âge des tortues adultes capturées) dans cette zone. Au contraire, à Raine island, le sex-ratio a beaucoup changé. Chez les adultes, il y a environ 6 fois plus de femelles que de mâles. La proportion de femelles était donc déjà plus importante il y a 40 ans dans cette zone chaude comparée à la population du Sud. Le résultat le plus inquiétant concerne les sub-adultes et les juvéniles de Raine island chez lesquels il y a 99% de femelles. Le sex-ratio de cette population s’est grandement déséquilibré au cours des dernières décennies produisant pratiquement exclusivement des tortues vertes femelles depuis 20 ans. La survie de la population de Raine island est donc en péril et les prédictions de hausse de température sont d’autant plus inquiétantes.

Un autre groupe de chercheur, à Saint-Eustache dans la Caraïbe, a démontré l’importance de l’ombre fournie par la végétation sur les sites de ponte pour limiter l’augmentation de la température du sable et ainsi l’altération du sex-ratio dans les nids de tortues marines. C’est donc une bonne raison de plus de préserver la végétation du littoral !

 

 

Sources

Craig Welch (2019) Sea turtles are being born mostly female due to warming—will they survive? National Geographic

Jensen et al. (2018) Environmental Warming and Feminization of One of the Largest Sea Turtle Populations in the World, Current Biology, 28, 154–159

Swansea University (2018) New approach helps mitigating the effect of climate change on sea turtles