Animation sur les espèces protégées de Guadeloupe avec le collège Alexandre MACAL

Le 23 octobre 2012, une classe de troisième du collège A.Macal de Saint François s’est rendue sur le littoral de Port-Louis pour découvrir les richesses naturelles protégées de Guadeloupe.

Accompagnés d’Eric Delcroix (ONCFS), Laurent Malglaive (AEVA) et Thierry Guthmuller (Kap Natirel), les élèves ont pu découvrir les problématiques des tortues marines, des oiseaux et de leur environnement.

Cette intervention a été réalisée dans le cadre du projet européen pédagogique COMENIUS, initié par Madame Cécile Meilhan, enseignante au collège. Le but est de réaliser, en anglais, un catalogue sur les espèces protégées de l’archipel, de le partager et d’échanger avec d’autres écoles européennes : en Espagne, Italie, Suède, Pologne, Hongrie, Estonie, Bulgarie et Turquie.

Investis pour 2 ans dans ce projet, les élèves participeront de plus au nettoyage de la plage des Raisins Clairs à Saint François le 14 novembre prochain. Une conférence, ainsi qu’une exposition sur le thème des tortues marines sera présentée au CDI dans le courant du mois de novembre.

ONCFS/RTMG

 

Animations NORD BASSE TERRE saison 2012

Plusieurs animations ont ponctué la saison des pontes des tortues marines en Nord Basse-Terre. Animations axées sur la sensibilisation à la protection de ces animaux. Cécile Lallemand, responsable au Gaïac sur le suivi des pontes sur le Nord Basse Terre a mené toutes ces animations avec brio, touchant ainsi un public nombreux.

La chance, lors de plusieurs de ces soirées, a souri à quelques participants, puisqu’ils ont pu admirer la ponte de tortue luth, d’autres ont encouragé des nouveau-nés de luth à regagner la mer. Une saison 2012 qui restera riche en observations : luths montant de jour comme de nuit, et fait rare sur nos plages la montée de trois tortues luths en moins de deux heures sur la même plage ! Un festival !!!!

Cécile a également organisé une semaine de découverte du patrimoine naturel de Sainte Rose «  Laliwondaj Sentwòz » en partenariat avec la commune. Plusieurs animations ont eues lieu dont la nuit des tortues marines avec la conteuse Suzy Ronel . Soirée magique qui restera gravée dans les mémoires tant le cadre se prêtait bien au conte sur les tortues. Cette semaine de découverte sera reportée en 2013.

Merci à Cécile, merci aux bénévoles du Gaïac, et merci aux tortues qui sont venues en nombre sur nos plages cette année.

 Yolande et Patrick Parmentier – Association Le Gaïac

Vers de nouvelles mesures conservatrices pour les sites de ponte de l’archipel

Depuis les débuts de la conservation des tortues marines en Guadeloupe, la question de la protection des sites de ponte est considérée comme un enjeu prioritaire, du fait notamment de l’anthropisation galopante du littoral.

Si celle-ci semble plutôt raisonnée aujourd’hui, elle demeure une problématique prioritaire du plan d’actions, et les réflexions menées doivent se baser sur des outils régulièrement mis à jour.

La production d’un nouveau document de travail est une des missions de Marion Brunel, en stage à l’ONCFS (octobre 2012- mars 2013) au cours d’une année de césure dans son cursus d’école d’ingénieur (AgroParisTech).

Elle travaillera à la « Mise en place d’une stratégie opérationnelle de protection réglementaire des sites de ponte sur l’archipel guadeloupéen ».

Qui dit stratégie dit élaboration d’un canevas de priorités, soit la classification des plages et des solutions envisageables selon différents critères liés à leur état écologique, leur fréquentation par les usagers et les tortues et leurs statuts juridiques actuels et potentiels, en se basant sur l’atlas des sites de ponte de l’archipel guadeloupéen (Guilhem Santelli et al., 2011) et les données récentes récoltées.

Pour ce faire, Marion réalise actuellement une enquête auprès des gestionnaires du littoral et membres du Réseau Tortues Marines Guadeloupe et commencera prochainement le diagnostic écologique des sites qui n’ont pas encore été évalués au cours des années précédentes.

L’objectif d’ici mars est d’établir une déclinaison de mesures réglementaires et/ou contractuelles, sous la forme d’un document d’orientations, applicables sur les différents sites concernés, qui devrait être portée ensuite à connaissance des gestionnaires du littoral et des élus de l’archipel.

 

De nouveaux panneaux de sensibilisation

A l’occasion des 20 ans de la protection des tortues marines en Guadeloupe, L. Malglaive (association AEVA) + Thierry et E. Delcroix (ONCFS) ont planché sur la réalisation de 2 nouveaux panneaux illustrés de sensibilisation « mobiles » réalisés par Kloro Médias. Les thèmes abordés sont : les menaces pesant sur les tortues marines et les moyens d’agir (« ensemble, agissons pour préserver les tortues ») et les diverses actions menées par le Réseau en Guadeloupe.

Imprimés sur un matériau souple, léger et résistant, ils sont idéaux pour les animations en classe comme sur site et sont à la disposition des enseignants et associations de l’archipel. Ils viennent s’ajouter aux 2 panneaux édités en 2010, portant l’un sur les 3 espèces en ponte, l’autre sur le cycle de vie des tortues marines. Le panneau sur les espèces a été par ailleurs édité sous forme d’affiches pour une diffusion plus large. Elles sont disponibles auprès de l’ONCFS et de la plupart des associations du Réseau. L’affiche « Les tortues marines présentes aux Antilles Françaises est également téléchargeable en cliquant ici.

ONCFS/RTMG

De nouvelles couleurs pour présenter les espèces visibles autour de l’archipel

Après bientôt 10 ans de bons et loyaux services, la brochure présentant les tortues marines de l’archipel et le programme de conservation a été remaniée tant en photos que dans les textes, pour arborer un « look » plus moderne (réalisation : Polaris).

Imprimée en 10 000 exemplaires, elle contient notamment les consignes en cas de rencontre avec ces espèces protégées, et les moyens de les différencier. Elle sera distribuée au gré des animations effectuées par les membres du Réseau Tortues Marines Guadeloupe et dans les points de passage partenaires (Aquarium, Cabinets vétérinaires, associations, clubs de plongée, offices de tourismes…).

Pour découvrir cette plaquette, cliquez ici.

ONCFS/RTMG

Une rencontre exceptionnelle à Malendure

Une tortue caouanne (Caretta caretta) a été observée en septembre dernier par le club PPK Plongée sur la pointe de Malendure en Sud Basse Terre. L’archipel guadeloupéen se situerait sur une voie de migration de cette espèce. Des caouannes immatures, nées en Floride, s’alimenteraient dans l’Atlantique Est et rejoindraient l’Atlantique Ouest au stade subadulte en passant notamment par les Petites Antilles. Toutefois il n’est pas à exclure que les eaux de l’archipel soient des zones d’alimentation secondaires pour cette espèce. Les observations sont rares et se font généralement en haute mer.

Cette caouanne de Malendure a la particularité d’avoir une blessure cicatrisée sur la carapace. A-t-elle été blessée sur nos côtes pour s’y réfugier et s’y alimenter ensuite?

Depuis combien de temps est-elle là? A-t-elle déjà repris sa route en direction du Nord pour se reproduire?

Toutes vos observations seront précieuses pour suivre son évolution. N’hésitez pas à nous envoyer vos photos, dates et lieux de contact à l’association Kap’Natirel animatrice du Réseau INA Scuba sur l’archipel guadeloupéen (kapnatirel@tortuesmarinesguadeloupe.org/ 0690 84 64 51).

Description de l’espèce à la page tortues marines et fiche détaillée sur le site DORIS

Alexandra Le Moal – RTMG

Témoignage : Les agents de la Réserve Naturelle de Saint-Martin sauvent une tortue verte

La personne nous a déclaré avoir récupéré une tortue en détresse vers 9 :00 lors de sa promenade avec ses chiens le long de la baie, cette dernière était affaiblie et emmêlée dans un morceau de filet dérivant. Il a pu la dégager et la charger pour l’emmener au niveau de la Ferme aux Papillons le long de la Saline d’Orient.
Une fois sur place nous avons constaté que la tortue verte (45-50 cm de carapace) était certes affaiblie, mais encore réactive, non-blessée et commençait à présenter des indice de déshydratation. Une fois l’absence de blessure et de bague confirmée, nous avons décidé de la prendre en charge avec Franck et Steeve autorisés à manipuler les tortues, pour la conduire au plus vite dans l’eau au niveau de la plage du Galion.
Dès sa remise à l’eau, la tortue s’est montrée encore plus réactive et  a commencé à nager. Nous avons donc décidé de la relâcher sous notre surveillance afin de s’assurer qu’elle soit bien en mesure de s’orienter et de respirer normalement.
Après une 15aine de minute, nous avons pu constater que cette dernière arrivée à s’immerger complètement et à remonter respirer normalement tout en se dirigeant droit vers le large.
Nous avons donc estimé que le sauvetage était une réussite et avons  quitté les lieux.

Julien Chalifour – RNN Saint-Martin/RTMG

 

Baguée il y a 12 ans au Nicaragua, elle vient pondre à Marie-Galante

Incroyable, une tortue imbriquée juvénile, baguée en 2000 au Nicaragua suite à une capture dans un filet sur le site Pearl Cayes, a été vue en ponte le 12 juillet 2012 à Marie-Galante. A l’époque elle mesurait 51,1cm aujourd’hui 91cm, elle a toujours ses deux bagues (les fameuses INCONEL) et est en pleine forme. C’est la première tortue baguée sur un site d’alimentation au Nicaragua qui est revue en ponte, vous imaginez la joie des nicaraguayens.

Lors de l’étude génétique de cette tortue, elle avait été identifiée avec l’haplotype majoritaire de Marie-Galante (EiA009). Cette tortue a survécu 12 ans au Nicaragua après son baguage et naviguée sur 2500km pour revenir pondre sur son site de naissance (dans quelques semaines ce sera 2500km pour retourner au Nicaragua). En espérant que les filets de fond de la Guadeloupe et les braconniers n’auront pas raison de cette tortue dont l’histoire est plus que MAGNIFIQUE.

Pour l’anecdote, 2 tortues imbriquées baguées à Maire-Galante avaient été pêchées et mangées au Nicaragua (2006 et 2007), celle-ci a eu plus de chances. Nos tortues imbriquées sont exceptionnelles, elles font de merveilleux voyages et servent de connecteur universel entre les nations.

Félicitations à Océane de Kap’Natirel pour cette observation, Merci à Karen Eckert (Widecast), Karen Bjorndal et Cynthia Lagueux (Nicaragua) qui ont permis en moins de 6 heures d’avoir toutes les informations sur cette tortue baguée H4826. Longue vie aux tortues marines.

Eric Delcroix – ONCFS

 

 

Inauguration de panneaux sur la plage de l’autre bord au Moule

Au cours de l’année scolaire les collégiens du Moule (5ème D, 5ème I et 3 ème I de la SEGPA) se sont mobilisés avec leur équipe enseignante autour d’un projet tortues marines. Ils ont été aidés par Laurent et Thierry, bénévoles du RTMG basé à Saint-François. Ce projet se concrétise par la pose de plusieurs panneaux sur la plage de l’autre bord. Ces panneaux présentent les tortues marines qui pondent sur cette plage, ainsi que les consignes pour les préserver (message en créole et anglais). 2 silhouettes grandeurs réelles ont été également fabriquées et posées sur le site. Le 7 juin, les panneaux ont été inaugurés en présence des collégiens, des enseignants, de quelques membres du RTMG et du Principal du collège. Les collégiens sont fiers de leur réalisation et deviennent ainsi les meilleurs ambassadeurs de la protection des tortues marines sur leur commune. Tout simplement bravo.

De nombreuses idées ont déjà émergées pour poursuivre ce projet l’année prochaine.

Eric Delcroix – ONCFS

 

 

Des tortues sur les plages : Que faire ?

Rien d’anormal à trouver des tortues marines en cette période sur nos plages. En effet, nous sommes au pic de la saison des pontes. Elles peuvent venir sur toutes les plages de notre archipel, de préférence la nuit, pour pondre.

  • Si vous observez une tortue marine qui vient pondre sur la plage, nous vous invitons à l’observer à une distance respectable et surtout de ne pas l’éclairer ou la toucher. Vous pouvez prévenir le Réseau Tortues Marines (0690 542 811) qui essayera de dépêcher une équipe sur place et donnera les consignes.
  • Si la tortue est en difficulté (se dirige sur une route à cause de l’éclairage), il est urgent d’intervenir pour la survie de la tortue. Il faut prévenir le RTMG (0690 740 381 ou contacter un membre du RTMG proche de chez vous) ou les pompiers qui se dépêcheront sur le site et donneront les consignes.
  • Si vous observez une émergence (sortie des nouveau-nés du sable), n’intervenez pas laissez les regagner la mer seuls et surtout n’éclairez pas au risque de les désorienter (transmettez l’information par téléphone ou e-mail). S’il y a des chiens errants maintenez-les à distance. Si les nouveau-nés ne se dirigent pas vers la mer, il faut prévenir d’urgence le RTMG (0690 740 381 ou contacter un membre du RTMG proche de chez vous) ou les pompiers qui se dépêcheront sur le site et donneront les consignes.

Les membres du Réseau Tortues Marines interviennent le plus souvent de manière bénévole, nous essayons d’assurer une veille téléphonique, mais nous ne pouvons pas garantir une réponse immédiate. Appelez le plus rapidement possible et de manière systématique lorsqu’une tortue ou des nouveau-nés sont en difficultés. Lorsque la ponte ou l’émergence se passe bien, vous pouvez nous transmettre l’information le lendemain par téléphone ou e-mail.

Les tortues marines sont des espèces protégées, les toucher et les déranger sont interdits, seules quelques personnes habilitées peuvent les manipuler. Dans le cas d’une urgence, vous aurez peut-être à titre dérogatoire la possibilité d’intervenir si aucune personne ne peut se déplacer rapidement.

Profitez bien de ce spectacle magnifique.

 

Découvrez de nombreuses informations dans la plaquette du programme tortues marines.

Eric Delcroix – ONCFS